Sécurisation post attentat : Sécurité renforcée dans tout le département de l’Aisne


C’est en présence du Délégué militaire départemental le Lieutenant-colonel Daniel CIAN, du Colonel Gilles Isabelle, patron des gendarmes de l’Aisne et de Nathalie BERNARD-GUELLE, directrice départementale de la sécurité publique que le préfet de l’Aisne, Ziad Khoury, a annoncé le placement du département de l’Aisne en "urgence attentat" pour faire face aux menaces généralisée.

La sécurité a été renforcée notamment par le renfort de 27 militaires issus du 503ème régiment du train basé à Nimes. Ils auront comme mission, outre leur présence dissuasive, de patrouiller et de surveiller en point fixe des points sensibles et notamment les lieux de culte et les établissements scolaires jusqu’au 2 décembre prochain.

Les militaires de l’opération Sentinelle déjà en place ont pour mission de surveiller les frontières allant des Ardennes jusqu’à Maubeuge.

Du côté de la gendarmerie, ce n’est pas moins de 250 militaires actifs mobilisés auxquels 40 réservistes viennent en renfort ainsi que 3 casernes de gendarmes mobiles. Leurs rôles, surveillance de la voie publique et renforcement des contrôles. « Il faut s’attendre à une montée en puissance de gendarmes dans les 15 prochains jours » a indiqué le Colonel Gilles Isabelle.

Quant à la police nationale, tous les effectifs sont mobilisés et constate qu’à ce jour que les mesures de confinement sont bien respectées.

Le préfet de l’Aisne précise que des réunions plus régulières avec les services du renseignement auront lieu et un renforcement de surveillance envers des personnes radicalisées ou d'individus dont le comportement ferait apparaitre qu’ils sont en voie de radicalisation.

Par ailleurs, des perquisitions administratives ont déjà été effectuées dans le département.

De part ces renforts, le préfet veut ainsi établir une capacité de réactions rapides en matière de sécurité et de rappeler qu’en cas de situation douteuse ou menaçante, il faut absolument composer le 17.

En conclusion de sa conférence de presse, le préfet a affirmé « l’Etat aura le dernier mot »

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article