DEPARTEMENT : Des renforts de gendarmerie et de police arrivent dans l’Aisne


Lors de sa conférence de presse, au rond-point de Crépy où se déroulait un contrôle de gendarmerie, le préfet de l’Aisne, Ziad Khoury a été très clair « tolérance zéro ».

A ce titre, des renforts de gendarmerie, notamment un escadron de gendarmes mobiles venant de Valenciennes, des motards CRS, des policiers et gendarmes venant des différentes écoles de formation, arrivent dans le département.

Des contrôles fixes et mobiles vont être également renforcés. Des gens sortent comme si de rien était. Pas moins de 31 procès-verbaux ont été dressés uniquement cette nuit et de ce mercredi 17 heures à aujourd’hui 11 heures, 100 personnes ont été verbalisées. L’amende se monte à 135€ et est majorée à 375€ si elle n’est pas réglée sans compter les poursuites judiciaires.

Le représentant de l’Etat précise que toute personne doit présenter une attestation renouvelée quotidiennement sauf pour se rendre où l’attestation est permanente mais doit être accompagnée de l’attestation de l’employeur. Il rappelle également que c'est une personne par voiture, par exemple pour faire ses courses, sauf si la personne est accompagnée d'un enfant en bas âge et qu'elle ne peut pas le faire garder.

Le préfet fait appel au civisme et à la discipline de chaque citoyen pour les quelques semaines à venir.

Dans le département on dénombre 95 personnes hospitalisées et 9 décès soit plus du double en 24 heures et ce sur tout le département. « Il n’y a pas de secteur plus ou moins touché, tout le département est concerné » précise le préfet de l’Aisne.

Commentaires(1)

Connectez-vous pour commenter cet article
raslebol, il y a 4 mois
A part menacer et appliquer la tolérance zéro dont il est archi fan que fait ce préfet? Il ne connait que la menace et la répression?La préfecture est totalement nulle en communication, ce sont les journaux qui nous informe, il infantilise les axonais, on l'a vu avec sa pitoyable tentative d'exister en interdisant l'alcool sans consulter les soignants ou les spécialistes. Ce préfet est néfaste, le département est assez sinistré comme ça, nous n'avons aucun besoin de donneur de leçons, nous avons besoin de moyens. Monsieur le préfet je ne vous salue pas