AISNE : Le préfet dévoile le bilan de la délinquance 2019, les atteintes aux biens ont diminué, les atteintes aux personnes ont augmenté


Ziad Khoury, préfet de l’Aisne, vient de dévoiler, le bilan de l’année 2019, sur la délinquance, dans le département.

Ce jeudi 30 janvier 2020, le préfet de l’Aisne, Ziad Khoury, a dévoilé, à la presse, les chiffres de la délinquance de l’année écoulée et ce en présence de Baptiste Porcher, procureur de la République de Laon, de Frédéric Trinh, procureur de la République de Soissons, de Nathalie Bernard Guelle, directrice départementale de la Sécurité Publique et du lieutenant-colonel Nicolas Nioche, commandant du Groupement de Gendarmerie de l’Aisne par suppléance.

Le taux de faits de délinquance pour 1000 habitants dans l'Aisne est inférieur à la moyenne nationale

Les faits enregistrés par les services de police et de gendarmerie dans le département ont augmenté de 2% entre 2018 et 2019, passant de 22 974 faits à 23 444 :

  • 25 faits dans l'Aisne contre 32 au niveau national pour les atteintes aux biens ;
  • 9 faits dans l'Aisne contre 10 au niveau national pour les atteintes aux personnes.

 Les atteintes aux biens ont diminué, les atteintes aux personnes ont augmenté

Les atteintes aux biens ont diminué de 1,7% en 2019 (13 893 faits contre 14 142 en 2018) :

  • les vols liés aux véhicules sont passés de 3801 en 2018 à 3504 en 2019 (-7,8%)
  • les cambriolages sont passés de 3087 en 2018 à 3203 en 2019 (+3,7%)
  • les vols avec violences sont passés de 258 en 2018 à 254 en 2019 (-1,5%)
  • les dégradations sont passées de 2460 en 2018 à 2413 en 2019 (-1,9%)

En revanche, les atteintes aux personnes ont augmenté de 5,7% en 2019 (4689 en 2018 contre 4958 en 2019), notamment du fait de l'augmentation des violences sexuelles (+14,2%) et des menaces et chantages (+10,4%).

Les violences intrafamiliales recensées ont été de 5083 en 2019, contre 4800 en 2018 (+5,5%). 78 % des victimes de violences intrafamiliales sont des femmes.

A cet effet, la compagnie de gendarmerie de Laon s'est dotée depuis septembre 2019 d'une cellule spécialisée dans le traitement des violences intrafamiliales, le GRIFFE (groupe de répression des infractions contre la famille, les femmes et l'enfance).

Composé de quatre enquêteurs expérimentés, le GRIFFE a pour objectifs d'assurer une meilleure prise en charge des victimes et d'accélérer les délais de traitement des procédures, tout en recherchant une synergie entre les différents partenaires chargés d'intervenir dans ce domaine : intervenantes sociales de la gendarmerie, associations de soutien (CIDFF, France Victimes) ou les unités territoriales d'action sociale du conseil départemental.

Taux d'élucidation des affaires en progression

Au niveau départemental, le taux d'élucidation est en progression de 5% en 2019 (9488 faits élucidés contre 9034 en 2018). Il est particulièrement élevé pour les atteintes aux personnes avec 78% : il est donc d'autant plus élevé que les faits sont graves.

En zone gendarmerie, entre 2018 et 2019, il est constaté :

  • - 4,21% pour les atteintes aux biens ;
  • + 4,71% pour les atteintes aux personnes.

Le taux d'élucidation progresse et passe de 48,40% à 49,40%.

Quelques faits marquants

Tentative de meurtre : le 25 mai à Hirson, suite à une violente dispute conjugale au sein d’un couple en état d’ivresse, l’auteure des faits donne plusieurs coups de couteau occasionnant de graves blessures. Elle est incarcérée.

Cambriolages et vols avec violence à Hirson : le 29 avril à Hirson, quatre individus fracturent trois habitations afin d’y dérober de tuyauteries en cuivre et des fils électriques. Leur butin s'élevant à 80 kg de cuivre et de fils électriques, une chaine hi-fi et une batterie de voiture qu’ils dissimulent dans des grands sacs de sport transportés dans un bois à l'arrière de l'habitation de l’un des comparses. À l'aide de ce précieux renseignement, les enquêteurs procèdent à l’interpellation des cinq auteurs avant leur départ pour la Belgique. Trois d’entre eux sont également entendus dans le cadre d'un vol avec violence sur la voie publique commis le 7 novembre 2018 à Hirson, au préjudice d'une femme âgée de 44 ans.

Avoirs criminels : l’exercice 2019 se termine sur une note favorable avec une hausse de 4,15 % qui représente près d’1 million d’euros de saisies pour 168 procédures (contre 73 en 2018). Le nombre de biens saisis augmente également de 34,2 %. Sur les exercices de 2015 à 2017, le volume de procédures oscillait entre 50 et 70, il est donc en forte augmentation.

En zone police nationale, entre 2018 et 2019, il est constaté :

  • + 0,6% pour les atteintes aux biens ;
  • + 6,64% pour les atteintes aux personnes. Le taux d'élucidation est stable à 40,53%.

Quelques faits marquants

Élucidations d'incendies volontaires : à Saint-Quentin et à Laon, les enquêtes menées sur des cas d'incendies volontaires ont permis d'identifier plusieurs individus qui incendiaient des containers poubelles. Interpelés, ils reconnaissaient être les auteurs de multiples incendies de ce type.

Affaire des "arracheurs de colliers en or" : entre le mois de mai et d’août, sur Saint-Quentin, une série de cinq vols à l’arraché de colliers en or était commise par deux individus au préjudice de personnes âgées (la plus âgées de 86 ans), première fois que ce type de délinquance était commis sur le département. Fin octobre, le commissariat d'Amiens procédait à l’interpellation de deux hommes pour des cambriolages. L’un était trouvé porteur d’un collier provenant d’un des vols commis à Saint-Quentin, grâce à son inscription dans le fichier des objets volés (FOVES). Dans le cadre de l’affaire d’Amiens, les deux hommes étaient incarcérés. Au vu de ces nouveaux éléments, les enquêteurs de Saint-Quentin reprenaient l’enquête et établissaient grâce à la vidéo protection et l’exploitation de la téléphonie la présence des deux hommes à Saint-Quentin les jours des différentes agressions. Fin novembre, les enquêteurs se rendaient à la maison d’arrêt d’Amiens pour entendre les deux suspects.

Vol avec effraction à La Fère : à la suite d’un vol avec effraction commis fin 2018 dans une résidence secondaire à La Fère, au cours duquel l’ensemble du mobilier de la maison avait été dérobé (même les éléments de cuisine avaient été démontés), l’enquête et plus particulièrement les recherches sur le site « Le Bon Coin » permettaient d’identifier des personnes proposant à la vente certains des objets dérobés. Six personnes étaient interpellées et placées en garde à vue, où ils reconnaissaient les faits. Les perquisitions réalisées dans les domiciles et dans des garages permettaient de retrouver une bonne partie du butin.

Mise en œuvre des politiques publiques de sécurité

La mise en œuvre des politiques publiques de sécurité a fait l'objet d'une mobilisation des services de l'État.

Ainsi, l’État-major de sécurité, co-présidé par le préfet et le procureur de la République de Laon, s'est réuni sept fois en 2019.

Par ailleurs, les instances de suivi des personnes radicalisées (groupe d'évaluation départemental) et de prévention de la radicalisation (cellule de prévention de la radicalisation et d'accompagnement des familles) se sont réunies chacune à 12 reprises.

Dans le cadre du plan "tourisme-sécurité", quatre conventions ont été signées en 2019 avec des sites touristiques (le musée franco-américain de Blérancourt, Axo-Plage, le musée de la Résistance et de la Déportation de Tergnier et la Caverne du Dragon).

Sans oublier, la mise en œuvre de la police de sécurité du quotidien depuis février 2018 dans le département de l'Aisne. Elle vise à replacer le service du citoyen au cœur de l’action des forces de sécurité. C’est une police « sur mesure » qui s’adapte aux attentes de la population et aux besoins des territoires.

« Près de deux ans après sa mise en œuvre, des résultats sont visibles sur le terrain » concluait le préfet de l’Aisne.

Publicité

NOUVELLE PUB VCC.png (690 KB)

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article